Goliathus-Goliatus
Une rencontre aux antipodes (Nouvelle)

Une rencontre aux antipodes (Nouvelle)

Goliathus

Synopsis

Ma nouvelle « Une rencontre aux Antipodes » ouvre une jolie anthologie, placée sous le thème de la rencontre, qui a paru au printemps 2021 aux éditions Bleu Héron.

Après des années de séparation, Denise revient en Australie rendre visite à sa mère Kathleen Walker, une immense poétesse qui a perdu la mémoire et ne la reconnaît plus. C'est dans ces circonstances difficiles, malgré les impossibles retrouvailles avec sa mère, que Denise va rencontrer Hannah. 

Une rencontre lumineuse...

Mon récit met en scène 3 femmes aux antipodes dans une clinique d'un quartier cossu de Melbourne.

Genèse

Mon histoire est née d'un appel à textes auquel une vingtaine d'écrivains ont participé (quatre ont été retenus)  

Elles est le prolongement d'une autre histoire écrite deux années plus tôt et qui avait paru le 14 septembre 2019, dans le recueil "Dans la Ville" édité par Aleph Écriture. C'était une des lauréates du concours initié par la revue l'Inventoire et l'atelier Aleph.

J'ai voulu retrouver mes personnages et prolonger leur fiction...

Mon texte s'inspire très librement de la vie de Kath Walker, plus connue sous le nom de Oodgeroo Noonuccal (1920 – 1996), poétesse australienne et grande militante de la cause aborigène.

Extrait

L'émeu

Bientôt lui vinrent les effluves puissants des gommiers, la chaleur du sol respirant, et sur l’humus maigre, le son de l’approche d’un insecte, d’un marsupial ou d’un émeu peut-être, ému par sa présence. 

Maint Contemplatif, imaginant un lien entre bruit et corpulence, eut attendu qu’ils produisirent un bruit corrélatif à leur taille. 

Que nenni ! Kathleen s’amusait de ce qu’elle appelait la pantomime des humbles, cette propension qu’ont les créatures les plus insignifiantes à produire un raffut de tous les diables, quand le passage des géants de la nature demeure inaudible. 

Parmi ces géants, elle-même ?

Kathleen désira une rencontre avec l’oiseau trapu aux trois doigts, aux ailes atrophiées, au mâle couvant ; des retrouvailles. 

Son espèce était la dernière représentante sur Terre d’une famille éteinte. Elle en fut vaguement troublée. Une séquence impromptue de mots en « B » coula le plus naturellement de sa bouche : barbules, bréchet, Barrimal, Botany Bay.

Et aussitôt un sourire plissa sa bouche. 

Elle dit : « J’ignore où se trouvent mes frontières. Je suis de retour chez moi. »